Fonctionnement

La demande d’une personne victime de violence est examinée et suivie d’un premier rendez-vous où le participant est accueilli par deux professionnels de la santé psychique (psychiatre et psychologue) de l’équipe de traitement, afin d’examiner la demande et d’évaluer la pertinence de la participation au groupe ou son orientation.

Evaluer, informer et orienter va être la fonction de l’équipe d’accueil.

Ensuite se fera la présentation des ateliers d’art thérapies et l’élaboration d’un plan de travail thérapeutique.

Le participant pourra intégrer un groupe une fois que la quantité minimum de cinq participants sera assurée.

Dans l’attente de sa participation au groupe, si elle se produit, le participant se verra proposer des entretiens individuels avec un psychologue.

 

Le centre Phoenix propose une approche multidisciplinaire du traumatisme. Le groupe cathartique thérapeutique proposera la psychanalyse comme cadre historique/théorique, mais aussi des modèles cognitifs et de réhabilitation avec des techniques corporelles et de créativité.    

 

Un espace thérapeutique groupal pour mutualiser les discours et les expériences, un espace pour nouer des relations, pour construire une maille et libérer la parole. La parole que se trouvait encerclée par l’angoisse, par l’incompréhension de l’autre.

 

La violence est un traumatisme, une cicatrice psychique qui empêche à qui l’a souffert de construire des structures individuelles et sociales.

 

Le groupe thérapeutique a pour fonction de multiplier les soins et d’aider à construire des ponts entre le passé – avant les faits -, le présent et des projets d’avenir.

 

Le travail thérapeutique est centré sur le traumatisme, il articule le travail cathartique thérapeutique groupal avec l’accompagnement individuel, social et médical, s’il le faut.

 

Les psychologues qui coordonnent les groupes seront attentifs à la reconstruction ou construction de liens individuels et groupaux, les liens créés vont permettre le portage d’un discours groupal pour s’entraider et sortir de la solitude dans laquelle le fait traumatique les plonge.

 

Au travail de reconstruction cathartique thérapeutique vont participer aussi les ateliers d’Art thérapies et d’expression corporelle. Il s’agit d’aider la victime à stopper le portage du traumatisme qui loge dans l’inconscient à travers la parole dans le groupe thérapeutique, il s’agit de remobiliser le corps avec l’intervention de la thérapie corporelle, de solliciter la créativité avec les formes de l’argile, de déconstruire les effets de la violence pour construire des liens sociaux.