• Article,  CPPR,  Psychothérapie

    Covid-19 : Le CPPR s’adapte

    Chère toutes et chers tous,

     

    Compte tenu du Covid-19 et la nécessité du confinement, pour la sécurité de tous, le CPPR suspend toutes ses activités ; les entretiens individuels, les groupes de parole et les ateliers d’art-thérapie, jusqu’à nouvel ordre.

    Cette crise sanitaire nous enjoins plus que jamais à la flexibilité, l’adaptabilité et la solidarité, nous proposons à celles et ceux qui le souhaitent de continuer leur suivi par téléphone ou Skype pour les entretiens individuels et avec l’application Zoom pour les groupes de parole. Nous avons mis en place un support technique pour vous aider à la mise en place de ces applications.

    Contactez nous remplissant le formulaire ci-dessous ou par mail : cppr.centrephoenix@gmail.com

    L’équipe du CPPR

  • Article,  Psychotraumatisme

    Nice : Le « héros de l’attentat » tente de se suicider

    Par Mathilde Frénois et Fabien Binacchi
    10/10/19
    Franck a finalement été mis en sécurité et pris en charge par les secours
    Tout un quartier a été bouclé. Jeudi 10 octobre 2019, le Raid a déployé ses hommes dans l’ouest de Nice, chemin de la Batterie-Russe, pour gérer une tentative de suicide. Une intervention qui s’est conclue vers 13h40, avec la mise en sécurité de la personne.
    Selon des sources concordantes, il s’agirait de Franck, le « héros du 14 juillet » qui avait tenté d’arrêter avec son scooter le camion sur la promenade des Anglais.

    « Il menaçait de mettre fin à ses jours »

    « Vers midi, un équipage de la police municipale a fait appel à nos services pour une personne retranchée à son domicile. Il menaçait de mettre fin à ses jours, explique le service de communication de la police nationale. Plusieurs équipages, dont la BAC, ont pris contact pour raisonner la personne retranchée. Le contact n’a pas été possible. » C’est à ce moment-là que le Raid est intervenu. Il est parvenu à mettre en sécurité Franck. Le héros a été pris en charge par les secours. Il a été hospitalisé.
    Ce père de famille avait été décoré de la Légion d’honneur un an après l’attentat, le 14 juillet 2017.

    « J’ai en tête les images des corps qui volaient de partout. J’ai tout de suite compris, j’ai alors décidé d’accélérer. Ma femme, derrière moi, me tirait le bras et me demandait où j’allais. Je me suis arrêté. Je lui ai dit : “Dégage !” Et j’ai accéléré à fond. »

    Franck ne s’est jamais remis de cette nuit d’horreur.


    « On m’avait prédit un contrecoup. Il m’est tombé dessus sans prévenir, début septembre. J’ai vécu une sorte de black-out. Pendant trois semaines, je vivais machinalement, j’étais debout, mais je n’ai aucun souvenir de cette période. Le psychiatre m’a expliqué que le cerveau, épuisé, finissait par tirer le rideau »

    confiait-il en décembre 2016.

    Pour aller sur l’article, cliquez sur les noms des auteurs


    Si vous avez besoin d’une consultation, contactez-nous :

    PRENDRE RENDEZ-VOUS

Aller à la barre d’outils