Emission de radio,  France culture

Marie Bonaparte : « Freud était un des êtres les plus doux et les plus dénués d’agression et de méchanceté que l’on puisse voir »

Marie Bonaparte et Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, arrivant de Vienne à Paris en 1938.• Crédits : staf – AFP
21/04/2019
1987 |En 1987, Cécile Hamsy proposait une évocation de la personnalité de la très fascinante dernière Bonaparte : Marie Bonaparte, dans deux numéros de « Profils perdus ». Premier volet avec Élisabeth Roudinesco, Philippe Sollers et Gilbert Tordjman, et une archive de la voix de Marie Bonaparte.

Arrière-petite-nièce de Napoléon Ier, Marie Bonaparte était née princesse en 1882, avant de le devenir un peu plus encore en 1907, par son mariage avec Georges, Prince de Grèce et de Danemark. Mais c’est bien pour avoir été « la princesse de la psychanalyse » qu’elle est entrée dans l’histoire. L’émission « Profils perdus », avec Elisabeth Roudinesco, Philippe Sollers et le docteur Gilbert Tordjman, revenait sur sa personnalité et son oeuvre en 1987.

Au-delà de ses extravagances et de ses bizarreries, Marie Bonaparte une femme libre et généreuse va dans les années 20, mettre son statut social, sa fortune et toute son énergie au service du développement et de l’implantation en France de la psychanalyse dont elle était elle-même praticienne. Un rang et une fortune dont elle usa également pour arracher son analyste, maître et ami Freud, et beaucoup d’autres intellectuels juifs, au sort que leur promettait le nazisme.

Marie Bonaparte :

Je n’oublierai jamais le salon où il recevait ses patients, le divan sur lequel avait été créée l’analyse, sur lequel j’ai eu également l’honneur de m’étendre moi-même au-dessus duquel trônait le portrait de Charcot dont il avait gardé un grand souvenir, et pour lequel il avait un grand culte.

Freud d’ailleurs était un des êtres les plus doux et les plus dénués d’agression et de méchanceté que l’on puisse voir. Il vivait d’une façon extrêmement simple. Il me disait un jour : « on dit que les génies sont insupportables dans leur famille, demandez à ma famille si je suis insupportable… Je ne dois donc pas avoir de génie ».

Pour aller sur le site de l’émission, cliquez sur l’image

Si vous avez besoin d’une consultation, contactez-nous :

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Psychologue clinicienne, spécialiste du traumatisme psychique du à des attentas terroriste. Auteur de Je ne pardonne aux assassins de mon frère, Ed. Rive Neuve

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils